Candidats à l'exécutif national


  • Texte de présentation

    Chères déléguées et chers délégués,

    Nous voici à notre XVIIe Congrès national.

    Pour moi, il n'y a rien de plus stimulant que de choisir ensemble les moyens que nous mettrons en œuvre pour répondre aux préoccupations des Québécoises et des Québécois lorsque nous remplacerons les libéraux de Philippe Couillard. Choisir des mesures qui amélioreront la qualité de vie des gens, mais aussi préciser les paramètres d'un Québec indépendant où chacun d'entre nous vivra plus librement et plus dignement : voilà ce que représente ce moment charnière dans la vie de notre grand parti. Je brigue la présidence du Parti Québécois, car je suis plus motivée que jamais à faire avancer notre cause et à faire gagner notre formation politique aux prochaines élections. Ce que je souhaite pour notre parti, c'est rassembler la population autour d'un projet de société résolument indépendantiste et progressiste, remporter la victoire en octobre 2018 grâce à une redoutable organisation électorale et prendre le pouvoir pour rebâtir notre Québec et préparer son indépendance. Nous y parviendrons d'abord en saisissant toutes les occasions de faire connaître nos idées au moyen notamment d'activités d'animation politique et de concertation, et ce, en utilisant un ton positif et une approche constructive.

    Il nous faudra ensuite moderniser nos façons de faire afin de demeurer une force capable de mobiliser un maximum de citoyennes et de citoyens autour de notre projet. Ouvrir nos structures, favoriser la transparence de nos actions et améliorer la collaboration entre instances, voilà quelques pistes que je propose afin de suivre le chemin des victoires. Enfin, je m'engage à travailler à ce que plus de femmes, de jeunes, de gens des régions et de membres de la diversité occupent nos instances et soient élus au sein de notre formation politique. Ensemble, nous y arriverons. Comptons sur nous!

    Gabrielle Lemieux




    Biographie

    Gabrielle Lemieux est une militante du Parti Québécois depuis 2005.

    Originaire de Granby, elle a siégé au conseil exécutif du PQ de Shefford à titre de déléguée à la condition féminine et a participé à la « Saison des idées » dans le cadre de la démarche de Congrès de 2005.

    Une fois installée à Montréal pour les études universitaires, elle a maintenu son engagement pour la cause indépendantiste notamment en présidant le mouvement des étudiantes et étudiants souverainistes de l'Université de Montréal (MÉSUM).

    Elle a agi comme vice-présidente aux communications du comité national des jeunes du PQ (CNJPQ) en 2009 et 2010. Un nombre record de lettres ouvertes et de communiqués de presse, témoignant des nombreuses prises de position du CNJPQ, ainsi que la refonte complète du site web du comité font partie de son bilan.

    À partir de 2010, Gabrielle s'est engagée dans la circonscription de Saint-Henri―Sainte-Anne, où elle réside depuis plusieurs années. Conseillère, puis présidente du conseil exécutif du PQ de Saint-Henri―Sainte-Anne, elle a activement participé à la démarche de Congrès de 2011, a fait passer le membership de 400 à 600 membres, a fait partie des comités électoraux de 2012 et de 2014 et a porté les couleurs du parti lors de l'élection partielle de 2015. Lors de cette campagne fort dynamique, Gabrielle a contribué à rétrécira de 22% l'écart entre le PQ et les libéraux, représentés par Dominique Anglade. Elle siège encore aujourd'hui sur le conseil exécutif de ce comté.

    En mai 2013, Gabrielle s'est fait élire à titre de conseillère au conseil exécutif national (CEN), poste qu'elle occupe encore aujourd'hui. C'est en tant que membre du CEN que Gabrielle s'est impliquée au sein du comité des relations internationales du PQ (CRIPQ) qu'elle a présidé en 2016-2017.

    Devenue maman en septembre 2016, Gabrielle apprend à concilier famille et politique jusqu'à se présenter aux réunions accompagnée de son bébé...!

    En ce qui concerne sa vie professionnelle, Gabrielle est titulaire d'une maîtrise de l'École nationale d'administration publique (ÉNAP) et travaille en évaluation de programme dans le réseau de la santé et des services sociaux depuis 2011. Elle a travaillé à évaluer et à améliorer la qualité des soins et des services tant dans le secteur des CLSC qu'en centre hospitalier. Elle occupe un poste au sein du Centre d'éthique appliquée du Centre universitaire de santé McGill (CUSM).

    Gabrielle a annoncé qu'elle briguerait la présidence du Parti Québécois le 25 mai 2017. Elle a rencontré des centaines de militantes et de militants depuis le début de sa campagne et est très enthousiaste à continuer à parcourir le Québec et à participer au XVIIe Congrès les 8, 9 et 10 septembre prochains!




  • Présentation

    Chers militants,

    J’aimerais être président de la commission politique afin de contribuer à ce qu’elle soit un laboratoire de contenu, un facilitateur de débats et un créateur d’idées.

    La première responsabilité de mon mandat sera de prendre les idées militantes issues du congrès pour qu’elles prennent forme dans la plateforme électorale. Il faudra pour ce faire rédiger des argumentaires avec des exemples concrets pour nos concitoyens, calculer le coût des idées et étudier les comparables internationaux.

    Après l’élection, la commission politique devra soutenir les débats de nos instances en impliquant les militants en amont comme en aval des échanges. En amont, par la mise sur pied de sous-comités pour rédiger les documents soumis au débat. Puis en aval en faisant le suivi des propositions et mandats votés.

    Je crois qu’il est de la responsabilité de la commission politique de traiter des idées novatrices, afin que les militants participent à des débats inédits. J’aimerais amener, comme président de la commission politique, une approche rigoureuse, méthodique, basée sur la science. Nous devons utiliser l’information des scientifiques sur les meilleures pratiques pour nos services publics. C’est ainsi qu’il sera possible de les développer de manière optimale en plus de lutter contre la privatisation de notre État et la réduction des services mis de l’avant par le PLCAQ.

    Nous devons aussi utiliser la science pour nous guider dans notre approche pour l’indépendance. Plusieurs études se penchent sur les façons optimales de présenter les arguments et susciter l’intérêt d’autrui envers une idée, particulièrement pour des sujets émotifs. Utilisons toutes ces connaissances pour nous aider à convaincre plus de Québécois de la nécessité de faire le pays !

    Au plaisir, Alexis.

    Biographie

    Bonjour,

    Je milite pour l’indépendance au Parti québécois depuis 2003, d’abord à Sherbrooke où je suis né et j’ai grandi, puis à Montréal. J’ai refondé le Mouvement des étudiants souverainistes de l’Université de Montréal en 2004, avant d’être élu vice-président aux affaires politiques et au programme du CNJPQ et membre de la commission politique de 2005 à 2007. J’ai aussi été président de Hochelaga-Maisonneuve en 2010 et 2011. Je suis toujours membre de l’exécutif, en tant que secrétaire. J’ai donc siégé à des instances autant locales, que régionales et nationales.

    Je suis enseignant en physique au collégial depuis une dizaine d’années, au Cégep de Saint-Hyacinthe depuis 2010. J’ai été représentant syndical local en 2011-2012, année marquée par la grève étudiante. Je suis très impliqué dans mon institution, ayant été membre de la Commission des études pendant cinq ans, coordonnant la délégation participant au Forum étudiant et soutenant les concours de physique de l’ACP et Sciences, on tourne. J’ai également été conseiller politique de Pierre Duchesne, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie. Un de mes dossiers d’alors était l’implantation d’un cours d’histoire au collégial.

    Ma formation universitaire est variée. J’ai obtenu mon baccalauréat coopératif en physique de l’Université de Sherbrooke en 2003. J’ai poursuivi en complétant une maîtrise en physique théorique à l’Université de Montréal en 2005. En parallèle de mon enseignant, j’ai décroché une maîtrise en éducation de l’Université de Sherbrooke en 2012, puis une maîtrise en économie de l’Université du Québec à Montréal en 2016. J’ai aussi obtenu un diplôme court de deuxième cycle en administration publique de l’École nationale d’administration publique.

    Avec un bagage pluridisciplinaire de touche-à-tout, je crois être la personne idéale pour coordonner les activités de la commission politique pour les années à venir.

    Au plaisir, Alexis.

  • Texte de présentation

    Dès la fin du Congrès national, le PQ doit entrer en mode électoral pour octobre 2018. Le Conseil exécutif national aura le mandat de contribuer à l’élaboration d’un projet de plateforme électorale pour adoption par le Conseil national.

    Trois thèmes dans notre programme me tiennent particulièrement à cœur : la diversité, la parité femmes-hommes et son caractère résolument progressiste.

    Le PQ est un parti ouvert. En tant qu’anglophone de la communauté LGBT, j’ai toujours été accueillie chaleureusement au sein des instances. Or, il faut travailler notre image pour que la réalité diversifiée de notre parti soit mieux connue auprès du public. Par exemple, afin de mieux diffuser notre message dans les médias anglophones, j’ai récemment écrit une lettre ouverte en anglais pour expliquer nos 20 mesures pour combattre le racisme et la discrimination.

    Sans tomber dans le multiculturalisme, nous pouvons augmenter la diversité du parti. Le Comité provisoire sur la diversité est un outil essentiel pour la diffusion de notre programme auprès des gens d’origines diverses.

    Pour tenir la promesse dans notre proposition principale de mettre en œuvre la parité femmes-hommes au Conseil des ministres, il faut d’abord recruter plus de femmes et nous assurer qu’elles soient élues lors des élections de 2018.

    En mettant de l’avant le caractère progressiste de notre programme, nous allons augmenter la diversité au sein du parti, progresser vers la parité, attirer les jeunes et rallier tous les progressistes. Notre programme contient des mesures concrètes pour améliorer la vie des jeunes, des femmes et des gens de toutes origines. Tout en favorisant la protection du français et la concordance culturelle, nous pouvons faire ressortir des éléments emballants qui transcendent la langue en matière d’environnement, de santé, d’éducation et d’économie sociale-démocrate axés sur la classe moyenne.

    Pour mieux connaître ma plateforme, visitez ma page Facebook: https://www.facebook.com/JenDrouinQC/



    Biographie

    Originaire de la Nouvelle-Écosse, Jennifer Drouin est membre du Parti Québécois depuis 1998. En 2001, ses convictions indépendantistes la poussent à s’installer au Québec. Trois-Rivières est alors sa première ville d’accueil.

    Avant son arrivée, Jen militait déjà au sein de l’Association des internautes souverainistes (AIS) (1997-1999) et pour la Marche pour la souveraineté (1998).

    Fondatrice du groupe d’action politique « Anglophone pour un Québec indépendant (AQI) » http://aqi.quebec/, Jen désire rassembler tous les Québécois, peu importe leur langue maternelle ou leur origine ethnique, autour du projet d’indépendance. À titre de présidente d’AQI, elle siège aux conseils d’administration des OUI Québec et du Réseau Cap sur l’indépendance.

    Au PQ, elle milite dans le cadre du Comité étudiant de l’UQTR (2001-2002), dans Westmount-Saint-Louis (2003-2004), à l’exécutif de Montréal-Centre-Jeunes (2003-2005), et depuis 2004 dans la circonscription de Mercier où elle occupe le poste de Vice-Présidente.

    En 2003-2004, elle fait partie des dix membres du Chantier Pays de la Saison des idées. Cette mission lui permet de sillonner le Québec à l’écoute des militants sur le terrain avant de contribuer à la rédaction du rapport présenté au Conseil national.

    En 2004, elle crée le Comité souverainiste de McGill. Elle y organise des conférences de Bernard Landry et Gilles Duceppe.

    En 2005, elle est élue conseillère au Conseil exécutif national du Comité national des jeunes. Elle appuie toujours le dynamisme du CNJ.

    Dans le but d’encourager les candidats de la diversité à l’intérieur du parti, elle rédige des discours pour Sahar Hawili, candidate dans Nelligan (2004), et Badiona Bazin, candidat dans Anjou (2007). Depuis mai 2017, elle fait partie du Comité provisoire sur la diversité.

    Titulaire d’un doctorat de l’Université McGill, Jen devient professeure d’université et auteure d’un livre sur le théâtre québécois. Elle terminera un double bac en droit à McGill en avril 2018.

  • Annie Morin

    Mère de quatre enfants, en emploi à temps plein, militante engagée politiquement et syndicalement, je sais relever bien des défis en particulier celui de constamment trouver du temps pour en faire davantage, car je suis une passionnée!

    Je suis passionnée, et préoccupée, par le développement du pays dans lequel évoluent mes enfants. Je veux pour ceux-ci une société juste, ouverte, inspirante et prospère. Le Québec peut leur offrir cela, mais il nous faut encore travailler pour y arriver!

    Au Parti Québécois, j'ai naturellement pris les rênes de diverses instances et projets. J’ai contribué notamment à amasser le financement requis à l'acquisition d'une sculpture de René Lévesque, œuvre d'un artiste local, afin de la conserver dans le comté, et d'en faire la pièce de départ du Musée du Relais de la Pointe-Aux-Écureuils.

    Professionnellement, je suis toujours en quête de résultats qui tiendront compte des besoins autant des utilisateurs que de ceux qui dispensent les services. Bonne vulgarisatrice, je sais faire partie de la solution en étant créative, en regardant tous les angles de vision et en respectant les points de vue avec pour objectif, le bien commun et la satisfaction des parties.

    Dans la militance syndicale, j’agis comme courroie de transmission, entre l'information et la mise en action! À titre de responsable de l'action et de la mobilisation, je suis l'organisatrice du mouvement. J'interpelle les gens à s'intéresser à leurs affaires, les vraies! Je planifie, coordonne et effectue les suivis nécessaires au succès de la rencontre de toutes les forces vives. Je connais les gens par leur prénom, parce que j’aime les gens passionnément, je fais partie des gens et je veux que nous arrivions à nos buts.

    C'est l'engagement naturel et passionné que je vous propose de poursuivre au Conseil exécutif national. Merci de votre appui!

    Annie Morin-Biographie – version CDS

    Annie Morin est tout aussi déterminée, engagée, qu’organisée ! Femme aux multiples intérêts et talents, Annie est actuellement analyste en informatique à la Régie de l’assurance maladie du Québec ; un domaine qui fait appel à son esprit scientifique autant qu’à la défense de la qualité des services publics auxquels elle croit fermement.

    Mère de quatre enfants, dont trois jeunes adultes, elle mène à la fois vie professionnelle, militance syndicale et implication politique.

    Passionnée de politique, elle contribue successivement aux campagnes électorales du Bloc en 2011, du Parti Québécois en 2012, en 2014 comme attachée de presse, en 2015 au Bloc comme responsable d'agenda, des bénévoles et des activités spéciales.

     

    Aujourd’hui présidente de la circonscription de Portneuf, Annie occupe la vice-présidence à l’organisation pour la Capitale-Nationale où elle occupait auparavant le poste de secrétaire-trésorière depuis deux ans. De plus, elle est l’artisane de divers projets dans son patelin, tels que l'acquisition d'une sculpture ayant servi à faire le bronze de René Lévesque installé à l'Assemblée nationale afin de la conserver au Musée du Relais de la Pointe-Aux-Écureuils, en participant à l'organisation de l'événement de dévoilement, etc.

    Préoccupée par la défense des droits des travailleurs, elle milite d’abord au Syndicat de la fonction publique du Québec (SFPQ) pendant près de 10 ans. Elle y sera membre du Comité national des jeunes de 2006 à 2010 et responsable régionale adjointe à la condition féminine. Puis au Syndicat des professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ), elle agit comme déléguée, secrétaire de section et responsable de l’action et de la mobilisation.

    Annie Morin se démarque dans toutes les sphères de sa vie par ses capacités d’organisation, de planification et de réseautage. On la reconnaît de plus pour son dynamisme, son leadership rassembleur, sa recherche du bien commun et sa vivacité.

     
  • Je désire par la présente soumettre ma candidature pour le poste de conseillère dans le Conseil Exécutif National du Parti Québécois.

    Formation académique : caractérisée par la symbiose de deux écoles de pensée et d’enseignement européenne et nord-américaine. J'ai complété des études approfondies en philologie et en histoire universelle. Mes études au département de langues modernes, en pédagogie et didactique de l'enseignement ont été couronnées d'un baccalauréat à Université de Bucarest et la scolarité de maîtrise en littérature anglaise à l’Université de Montréal.

    Expérience d'enseignement : 29 ans. J'ai enseigné à tous les niveaux académiques autant dans des institutions publiques que privées. J’ai été maître-associé pour une dizaine d’étudiants en éducation et j’ai coordonné avec succès plusieurs instances de gestion pédagogiques.

    Implication politique PQ : dès mon arrivée au Québec (1990) suite à une rencontre déterminante avec M. Jacques Parizeau. Depuis 2007, j’ai occupé plusieurs fonctions : présidente de la circonscription de CE l’Assomption-Repentigny, présidente de la CE l’Assomption (après découpage électoral), vice-présidente régionale Lanaudière, trésorière nationale dans le Conseil Exécutif National.

    2012 - Candidate pour le PQ dans la circonscription de l’Assomption contre François Legault – CAQ (écart : 1078 votes).

    Mes connaissances des enjeux politiques et les réalités liées à l’immigration ainsi qu’une bonne lecture de la position socio-économique des communautés culturelles ont conduit à ma nomination à titre de conseillère politique en immigration au cabinet de la ministre de l’immigration à titre de responsable du volet Immigration Québec, communications au niveau diplomatique et les représentations au niveau fédéral.

    À partir de 2014, je participe dans plusieurs comités ad-hoc dans les dossiers d’immigration et à l’élaboration de plusieurs plans d’action pour la création d’un dialogue entre les communautés culturelles et le Parti Québécois.

    À titre de conseillère au Conseil Exécutif National, je souhaiterais relever les défis sur le Chemin des Victoires en mettant à contribution ma grande capacité de travail, mon expérience, mon leadership, ma détermination et mon haut niveau de professionnalisme.

    Lizabel Nitoi

    Citoyenne d’origine roumaine et québécoise.



    Biographie

    FORMATION ACADÉMIQUE

    Université de Montréal 2005

    Faculté des sciences de l’éducation
    Département d’administration et fondements de l’éducation

    D.E.S.S. Administration de l’éducation (12 crédits)

    Université du Québec à Montréal 1999

    Certificat en intervention psycho-sociale (9 crédits)
    1998 Brevet d’enseignement – Province de Québec

    Université de Montréal 1993-1995

    Faculté des arts et des sciences
    Département d’études anglaises
    Maîtrise en études anglaises – scolarité

    Université de Bucarest-Roumanie 1985-1990

    Faculté des langues et littératures étrangères

    Licence es langues - littérature anglaise et roumaine
    Sujet du mémoire de baccalauréat :

    Le thème de la connaissance dans les œuvres de William Shakespeare: King Lear, Macbeth et Hamlet

    Lycée de Philologie Histoire, Bucarest – Roumanie 1978-1982

    Diplôme de baccalauréat – système français
    Spécialisation : Philologie et Histoire

    Certificat en communication dans les institutions socioculturelles et étatiques

    EXPÉRIENCE DE TRAVAIL – Conseillère politique

    Ministère de l’Immigration et des Communautés Culturelles 2012-2013

    Cabinet ministériel

    Responsable du dossier Immigration Québec

    • établir les priorités ministérielles en matière d’immigration au Québec selon l’Accord Québec-Canada ;
    • analyser les enjeux concernant la grille de sélection des immigrants ;
    • prioriser les dossiers et analyser les cas spéciaux avec l’équipe du sous-ministre : adoption, mariages, refugiés, cabinets des consultations en immigration, retards dans le processus de réponses aux demandeurs d’immigrations, reconnaissance des diplômes et acquis universitaires hors Québec, etc.;
    • analyser les cas d’expulsions du Québec, révision des cas humanitaires ;
    • coordonner avec la machine ministérielle les demandes adressées au cabinet ;
    • rencontrer les organismes communautaires qui œuvrent pour l’intégration des immigrants ;
    • rencontrer les leaders élus des communautés culturelles ;
    • analyser le dossier des travailleurs saisonniers ;
    • préparer les dossiers pour les sorties de presse ;

    Responsable communication, relations publiques et protocole

    • Préparation documentaire et briefing pour les rencontres stratégiques ;
    • Coordination et représentation lors des visites protocolaires des différents représentants de missions diplomatiques ;
    • Organiser des évènements avec les communautés culturelles du Québec ;
    • Représentation lors d’évènements majeurs au niveau des consulats/ambassades ;
    • Représentation au niveau fédéral – Rencontre annuelle des ministres de l’immigration des provinces canadiennes.

    EXPÉRIENCE DE TRAVAIL – Enseignante

    Commission Scolaire des Affluents 1995-xxxx

    Enseignement de l’anglais langue seconde au secondaire
    Enseignante permanente à temps complet

    Collège l’Assomption 1991-1997

    Enseignement de l’anglais langue seconde au collégial-Éducation des adultes
    Enseignement de l’anglais langue seconde à l’éducation des adultes dans le programme Centre Travail Québec «Techniques de bureau»
    Enseignement de l’anglais langue seconde au secondaire

    CÉGEP de Joliette 1992-1993

    Enseignement de l’anglais langue seconde au collégial-Éducation des adultes
    Enseignement de l’anglais technique, commercial et des affaires

    Académie Antoine Manseau, Joliette 1992-1993

    Enseignement de l’anglais langue seconde au secondaire

    Université de Bucarest, Roumanie 1988-1990

    Faculté de l’éducation permanente
    Chargée de cours : Culture, langue et littérature anglaise, Littérature anglaise
    Pratique de l’anglais oral, structure et morphologie des mots

    EXPÉRIENCE DE TRAVAIL – Communication

    Institut National de Gériatrie et Gérontologie «Dr. Ana Aslan » 1986-1990

    Bucarest-Otopeni, Roumanie

    Traductrice-interprète pour la clientèle internationale d’environ 40 pays

    • Traduction d’ententes internationales, de protocoles de recherche fondamentale, de rapports médicaux pour les patients VIP

    Responsable relations publiques et protocole – cabinet Dr.Ana Aslan

    • Accueil et programmation du séjour des personnalités VIP
    • Établir des stratégies de coopération entre divers paliers de gouvernements pour augmenter la clientèle internationale
    • Coordination des relations publiques pour les succursales nationales de l’Institut
    • Coordination pour la mise en marché internationale des produits : Gerovital et Aslavital

    Entreprise de commerce extérieur «ROMTRANS», Bucarest, Roumanie 1983-1986

    Interprète-traductrice à temps complet
    • Rédaction-Traduction; ententes commerciales, rapports de transports, stratégies corporatives

    Responsable du service de protocole pour les délégations économiques européennes

    Consultante en relations publiques pour le commerce avec les pays est-européens

    BÉNÉVOLAT

    Implication personnelle et/ou support pour plusieurs organismes culturels, sportifs, de bienfaisance et communautaires dans la région de Lanaudière.

    Immigration

    Conseillère-bénévole en recherche de logements, rédaction de curriculum vitae, stratégies de recherche d’emploi, d’orientation de carrière et de réseautage social pour une meilleure intégration aux structures socio-économiques du Québec auprès des immigrants d’origine roumaine.

    Fête Nationale à Repentigny en 2010

    Conseil d’administration - Administratrice de spectacles.

    Mouvement Lanaudière pour le français

    Membre fondatrice.

    Association romano-canadienne pour la protection du Delta du Danube

    Organisme à but non lucratif pour préserver le patrimoine naturel et humain dans le Delta du Danube – Roumanie.
    Fondatrice - Présidente

    CONNAISSANCE LANGUES

    Roumain (langue maternelle), français, anglais, italien, russe

    INTÉRÊTS PERSONNELS

    Organismes : Croix Rouge, UNICEF, Haut-Commissariat des réfugiés, Secrétariat de l’adoption internationale, Conseil de la femme, Immigration.

    Domaines de gestion-implication : relations internationales, diplomatie, développement et gestion de fédérations sportives québécoises, tourisme québécois, patrimoine/héritage culturel québécois.

    Domaines du savoir : Littérature, histoire et culture des civilisations, géographie, cinéma, musique classique et architecture.

    QUALITÉS PERSONNELLES

    Leadership, esprit d’équipe, capacité de travailler sous pression, dynamique, déterminée, passionnée, efficace, sens entrepreneurial aigu, innovatrice.

  • Chères déléguées,  Chers délégués,

    Je suis née dans une région intimement liée à notre histoire, à celle de nos Patriotes. C'est à Sorel que Robert Nelson a pris la tête de la Rébellion de 1838 et a proclamé l’indépendance de la République du Bas-Canada. J'ai grandi dans cette région, une région fière de ses Patriotes.

    J'ai étudié en Estrie et dans la Métropole pour ensuite travailler en Chaudière-Appalaches, en habitant à Québec. La vie m'a menée au Bas-Saint-Laurent. Dans mon parcours, une constante: le désir de réparer une erreur historique, et de voir le Québec devenir un pays.

    Un pays où notre langue sera défendue. Un pays qui aura sa place au concert des nations. Un pays qui sait s’occuper de ses citoyens et où chacun aura une chance égale de réussir, peu importe son statut socioéconomique. Un pays vert, où environnement et économie vont de pair, où le développement durable aura une place prédominante.

     

    Plus que jamais, le Parti Québécois doit être uni pour y arriver. Les membres doivent avoir envie d’y militer. Ils doivent être consultés et impliqués dans les décisions qui concernent le Parti. C’est, entre autres, ce qui me motive à poursuivre mon implication. 

     

    Je siège comme trésorière au sein du conseil exécutif national depuis 2012. Depuis, j’essaie de rendre les budgets du Parti accessibles et intéressants. J’ai notamment travaillé à la mise à jour de nos règlements et à la reconnaissance de nos militants.

    Au cours d’un prochain mandat au sein du conseil exécutif national, je souhaite poursuivre mon travail à la trésorerie, tout comme je souhaite m’assurer que les décisions prises respectent la volonté des membres et des instances du Parti.

    La seule voie possible vers l'indépendance, c'est un Parti Québécois majoritaire en 2018. Unis, ça redevient possible.

    Bon congrès !

    Biographie

    Élise Péloquin est originaire de Ste-Anne-de-Sorel, où elle a passé la majeure partie de sa vie. Après avoir fait ses études collégiales en Estrie, elle a poursuivi ses études universitaires en criminologie à l'Université de Montréal. Depuis 2006, elle travaille à titre d'intervenante sociale pour la direction de la protection de la jeunesse, assurant le suivi social des enfants et familles les plus vulnérables de notre société. Elle a débuté sa carrière en Montérégie, l'a poursuivie en Chaudière-Appalaches, pour finalement exercer son métier au Bas-Saint-Laurent après avoir uni sa destinée avec un militant indépendantiste de cette région.

    Militante du Parti Québécois depuis son plus jeune âge, elle a du patienter durant plusieurs années avant de finalement avoir le droit d'obtenir sa carte de membre pour ses 16 ans, en 1998. Déjà, elle avait contribué à plusieurs campagnes électorales au Bas-Richelieu, en Montérégie. Durant son parcours, madame Péloquin a aussi milité en Estrie, à Montréal, à Québec et au Bas-Saint-Laurent. Trésorière au conseil exécutif national du Parti Québécois depuis 2013, elle a contribué à divers dossiers afin de faciliter les relations entre les instances, notamment en recueillant les commentaires des militants suite à la défaite de 2014 pour en assurer le suivi, en participant à une tournée explicative sur le budget et en menant à terme le dossier de la mise à jour des règlements du Parti.



  • J’ai le plaisir de vous présenter, avec ces quelques lignes, ma candidature au conseil exécutif national de notre parti, une réflexion qui m’anime depuis plusieurs mois.

    J’ai grandi en Outaouais, siège de nombreux défis, où mes idéaux politiques ont été constamment confrontés à la réalité singulière de la région. Je complète mon doctorat en médecine à Montréal, avec l’objectif d’œuvrer conjointement en santé publique et médecine familiale. Je suis forte d’expériences antérieures, ancrées dans les milieux associatifs et communautaires.

    J’ai notamment siégé sur l’exécutif de la Fédération internationale des associations des étudiant.e.s en médecine (IFMSA), représentant plus d’un million d’individus de 125 pays. J’ai travaillé à Kuujjuaq et pour l’Organisation mondiale de la santé, en environnement et changements climatiques.

    Membre du parti depuis 2012, je siège sur l’exécutif de Gouin, où j’y nourris la pensée qu’il est possible de faire une politique de terrain, ancrée dans une volonté franche d’être près de la population.

    Je me présente à l’exécutif national avec une motivation sincère de nous offrir les instances et cadres nécessaires pour tenir des débats animés, de qualité, sur notre avenir. Je suis une jeune femme de défis, et je parle d’action. J’aime les résultats tangibles et les solutions concrètes. Les élections arrivent rapidement, et il nous faut un parti fort, outillé pour promouvoir efficacement sa plateforme progressiste, fondée sur ce qui nous unit: environnement, éducation, familles, santé, culture, langue, et régions.

    Grâce à ma formation médicale, j’entretiens des liens privilégiés avec les Québécois.e.s. Ils m’encouragent quotidiennement à leur offrir mieux, et je compte contribuer à relever ce défi avec brio en travaillant au sein de l’exécutif national du Parti Québécois.

    D’ici là, je continuerai de parcourir notre Québec, afin d’aller à votre rencontre et de vous entendre sur les enjeux qui vous animent.

  • Présentation

    Chers délégués,

    C’est avec beaucoup d’enthousiasme que j’ai décidé de me porter candidate au poste de conseillère de l’exécutif national du Parti Québécois. Je suis habitée par une grande envie de contribuer à mettre en place les meilleures conditions possible pour faire en sorte que le chemin des victoires soit doté de solides fondations et d’un tracé bien balisé, nous menant exactement là où nous voulons aller.

    Je suis une fille d’équipe, c’est un des aspects de ma personnalité qui me définit le mieux. Je suis aussi une personne engagée, de convictions et d’idées. Justement, je crois plus aux idées nouvelles qu’aux idées toutes faites… et j’ai dangereusement tendance à remettre en question mes certitudes… et celles des autres!

    Mon engagement politique avec le Parti Québécois est indéfectible, contre vents et marées, vent contraire ou vent debout, je suis fidèle à mes racines.

    Les thèmes qui m’interpellent et pour lesquels je pense que les quelques apprentissages que j’ai pu faire au cours de ma vie professionnelle pourraient être utiles concernent tout particulièrement le développement économique et de l’emploi. Nous possédons au Québec un incroyable potentiel, des talents, de la matière grise, des capacités qui nous permettraient de devenir un leader mondial dans une foule de domaines : donnons-nous les moyens de nos ambitions! Misons sur nos PME, aidons-les à exporter, investissons dans nos innovations les plus prometteuses, ayons l’intelligence de croire en nos régions, électrifions nos transports, ne les modérons pas!

    Parlant de croire en nous, je trouve vraiment réjouissant de constater qu’une course doive avoir lieu pour combler les postes féminins au sein de l’exécutif national!

    Je me permets donc de solliciter votre appui pour avoir la chance d’évoluer avec mes futurs collègues, notamment ces jeunes femmes toutes plus inspirantes les unes que les autres : allez, quel qu’il soit, nul doute que votre choix sera le bon!

    Souverainement vôtre!

    Suzanne Proulx



    Biographie

    Suzanne Proulx est native de Laval et y habite toujours. Issue d’une famille péquiste, fière descendante des Patriotes de St-Eustache et socialement engagée, elle s’intéresse de près à sa communauté: elle deviendra bénévole auprès de familles de détenus, de familles de réfugiés, membre de divers conseils d’administration, CPE, Chambre de commerce, etc.

    Au niveau académique, Suzanne Proulx détient une maîtrise en Administration des affaires (MBA) de l’UQAM, un certificat en ressources humaines des HEC, un certificat en Relations industrielles de l’Université de Montréal et est membre de l’Ordre des administrateurs agréés du Québec (Adm.A.).

    Elle est trilingue et peut facilement converser en français, en anglais et en espagnol.

    Au niveau professionnel, elle a débuté sa carrière au sein du mouvement syndical, présidente des 1 200 syndiqués TCA-FTQ chez Marconi. Puis elle a dirigé de nombreuses organisations, notamment vouées au niveau économique local et sectoriel. Elle croit fermement aux capacités et au potentiel économique du Québec.

    Actuellement directrice générale du Comité paritaire de l’industrie automobile du Grand Montréal, elle a auparavant été présidente-directrice générale de Jeunes Entreprises du Québec, organisation membre d’un réseau mondial dédié à l’éducation financière et entrepreneuriale des jeunes. Elle a précédemment été directrice générale pendant onze ans du Comité sectoriel de main-d’œuvre (CSMO) de la métallurgie du Québec.

    Suzanne Proulx a aussi été directrice générale de la Corporation de développement économique communautaire (CDEC) de Lasalle-Lachine pendant sept ans afin de promouvoir les initiatives locales de développement économique et de l’emploi.

    Elle a également œuvré en politique, d’abord et toujours comme militante, puis, en 1993, comme attachée politique du député du Bloc Québécois de Bourassa Osvaldo Nunez (après avoir battu Denis Coderre par 53 voies!) En 2012, elle fût élue députée de Ste-Rose à l’Assemblée nationale du Québec. Elle a été nommée vice-présidente de la Commission de la Santé et des services sociaux et adjointe parlementaire de la ministre du Travail, de l’Emploi et de la Condition féminine.

  • Présentation

    Candidate pour un poste de conseillère

    Durant la prochaine année, nous ferons face au défi emballant de faire élire un gouvernement Péquiste en 2018 et faire l’indépendance en 2022.

    J’avais initialement l’intention de briguer la présidence, mais j’ai rapidement décidé de me rallier à l’excellente candidature de Gabrielle Lemieux afin de faire équipe avec celle-ci. J’appuie sans réserve sa vision en matière d’éducation, de santé et de famille. Je vais donc solliciter un poste au sein du conseil exécutif à ses côtés. Nous prioriserons l’implication des membres dans nos instances ainsi qu’une vision constructive de notre formation politique.

    Afin de bien appuyer notre présidente dans ses fonctions, je serai flexible et mobile pour que notre travail d’équipe soit des plus dynamique et efficace.

    Je serai proactive dans la promotion du programme du PQ, qu’il s’agisse des enjeux de langue, de culture québécoise, d’égalité femmes-hommes, d’équité sociale, d’un État laïc, d’agriculture et de développement régional durable, d’entrepreneuriat collectif ou de protection de l’environnement.

    Notre but ultime est que le Québec devienne un pays. Je souhaite donc convaincre les citoyennes et citoyens de tous horizons à rejoindre le Parti Québécois et d’adhérer à notre projet d’autodétermination.

    Considérant le multiculturalisme canadien comme une voie sans issue pour le Québec, je m’implique dans la sphère publique dans le but de souligner l’importance pour tous d’adopter la langue et la culture francophone du Québec et l’intégration selon le modèle interculturel québécois.

    Afin de mieux connaître mes priorités détaillées, je vous invite à me rejoindre sur ma page Facebook à : candidatealavicepresidencepq

    Vous êtes également convié à communiquer avec moi si vous avez des questions, des propositions et des commentaires.

    Un appui massif de votre part à ma candidature m’offrirait la légitimité voulue pour solliciter le poste de vice-présidente.

    Merci!



    Biographie

    Ève Mary Thaï Thi Lac est une Québécoise d’origine autochtone (Cham) qui est née au Vietnam durant la guerre. Elle a immigré au Québec dans les années ‘70.  Elle habite en milieu rural en Montérégie et a aussi habité durant ses études collégiales à Québec, puis quelques années dans le Bas St-Laurent.

    Son engagement politique a débuté lors du référendum de Charlottetown en 1992 où elle obtenait pour la première fois le droit de vote.

    Au cours des 25 dernières années, elle s’est impliquée lors de campagnes de financement et électorales pour le PQ et le BQ sans oublier plusieurs courses à la chefferie et les référendums de 1992 et 1995.

    Elle a été responsable de l’organisation du Forum Jeunesse du BQ, présidente de la campagne de financement référendaire de Saint-Hyacinthe pour le PQ à l’âge de 22 ans et membre fondatrice du Comité des Jeunes Souverainistes de la Montérégie. Elle est donc sensible à l’importance de l’implication des jeunes.

    Elle a été membre du C.A. de la Société St-Jean-Baptiste Richelieu-Yamaska, rapporteur bénévole pour l’organisation internationale des peuples de la francophonie en 1997 et récipiendaire du prix international Philippe Roussillon qui récompense l’engagement en faveur de la francophonie, reçu à Paris en 1999.

    Elle a étudié en criminologie, relations interculturelles, droit de l’immigration, administration publique régionale et est diplômée en management public à l’ÉNAP.

    Elle a commencé à travailler pour le Bloc Québécois en 1994 et a été élue à l'âge de 35 ans.  Elle fut députée de Saint-Hyacinthe--Bagot de 2007 à 2011. Elle est demeurée au sein de l’équipe parlementaire du BQ jusqu’en 2013 pour ensuite devenir conseillère politique du ministre péquiste du Tourisme.

     

    Elle œuvre présentement en développement régional et est consultante en entrepreneuriat.

     

    Elle est secrétaire au sein de l’exécutif du PQ de Saint-Hyacinthe.

  • TEXTE DE PRÉSENTATION

    Ma participation active aux travaux de la commission politique du Parti Québécois depuis 2011 m’a permis de contribuer à la formulation des positions politiques de celui-ci en visant à préciser et à compléter son programme et ses engagements.

    Cette participation s’inscrit en ligne directe avec les mandats du Conseil exécutif national, notamment avec ceux de la contribution à l’élaboration de la proposition principale et à l’élaboration du projet de plateforme électorale du parti.

    Ce sont des éléments comme ceux-là qui m’incitent à poser ma candidature à un poste de conseiller au dit conseil exécutif national.

    Par ailleurs, j’assume depuis 2008, et ce sans interruption à ce jour, la fonction de président de l’Association du Parti Québécois de la circonscription de Jonquière. Cela m’a permis de me familiariser avec les instances et les rouages du parti.

    Pour donner une idée de mes actions à titre de président de Jonquière, de la ferveur et de l’ardeur de mon militantisme, je suis fier de dire que depuis mon arrivée à la présidence le nombre de membres en règle a presque triplé.

    Comme je réussis le renouvellement et/ou l’adhésion de membres à un rythme de 2,34 par jour de calendrier depuis les six dernières années où je prends note de cette statistique. Cela me permet de rencontrer, d’entendre et d’écouter les intérêts , les préoccupations et les suggestions des gens qui sont la raison d’être de notre formation politique et qui en constituent sa base solide.

    Je peux profiter en cette même cause de ce que les membres me disent lorsque je les appelle à leur anniversaire. Je suis particulièrement heureux d’avoir réalisé pour cela plus de 10 800 appels téléphoniques.

    Il est indéniable que ces sources d’information précieuse m’offrent des connaissances que je souhaite mettre à profit utilement au sein d’une instance politique aussi importante que l’est celle du Conseil exécutif national.

    Mes très nombreuses lectures politiques contribuent également à nourrir mon esprit et ma profonde conviction que le Québec peut et doit devenir un vrai pays fort, prospère, solidaire et où les gens qui y vivent s’y sentent bien chez eux, chez eux pour vrai en tant que membres d’une nation libre et souveraine.

    Je peux garantir que ma participation aux travaux du conseil exécutif national sera fondée sur des valeurs que la société contemporaine considère comme primordiales: la non-violence, la dignité et la solidarité. Cela me paraît ressembler à la vraie nature de notre formation politique et au pays qu’elle veut offrir aux Québécoises et aux Québécois.

    Biographie

    Né le 23 septembre 1947 à Saint-Ambroise (comté Dubuc); habite à Jonquière depuis 1969.

    Marié et père de trois enfants et grand-père de trois jeunes fillettes.

    Détenteur d’un brevet d’enseignement (classe A) de l’École normale Cardinal-Bégin de Chicoutimi, d’un baccalauréat en pédagogie de l’Université Laval, d’un baccalauréat en éducation préscolaire et en enseignement primaire de l’Université du Québec à Chicoutimi, d’une maîtrise en éducation - option enseignement de l’Université du Québec à Chicoutimi, d’un diplôme d’études avancées en éthique de société de l’Université du Québec à Chicoutimi, d’un diplôme de perfectionnement en gestion des écoles de l’École nationale d’administration publique du Québec, d’une attestation d’étude en pédagogie personnalisante et communautaire de l’Université de Moncton (Nouveau-Brunswick), d’une attestation de formation sur l’utilisation de l’imagination et de l’intuition en groupe classe de l’Institute for Holistic Education d’Amherst (Massachussetts), d’une attestation de formation en psychosynthèse du Centre d’intégration de la personne (Québec), d’une attestation de perfectionnement sur la planification stratégique de l’École nationale d’administration publique du Québec, d’une attestation de formation à l’efficacité humaine de l’Institut de développement humain (Québec), d’une attestation de perfectionnement sur le processus rationnel d’analyse de problèmes et de prise de décision (Kepner-Tregoe) de l’École nationale d’administration publique du Québec et d’une attestation d’études en gestion de projets de la Firme Développement et Communication (DEVCOM) de Montréal.

    A suivi la scolarité de doctorat en théologie pratique - éthique (moins 3 crédits) de l’Université de Montréal.

    A enseigné au primaire (9 ans, dont 2 en France dans le cadre des échanges franco-québécois pour la jeunesse) et au secondaire (1 an), a oeuvré à titre d’agent de développement pédagogique dans le cadre du programme de soutien pédagogique aux petites écoles des petites commissions scolaires (SOPPEC) et de spécialiste en sciences de l’éducation responsable régional des programmes du préscolaire et du primaire pour le ministère de l’Éducation (Direction régionale du Saguenay-Lac-St-Jean) pendant 5 ans, directeur d’école pendant 19 ans et directeur des services éducatifs d’une commission scolaire pendant 1 an.

    Conférencier invité et animateur d’activités pédagogiques, il est intervenu en différentes écoles du Québec, d’Ontario et de Belgique sur des sujets comme l’école qualité, l’utilisation de la littérature jeunesse en classe, des activités d’écriture et de lecture de la poésie auprès de dizaines de classe de préscolaire et de primaire, la direction d’un établissement scolaire, entre autres.

    A été chargé de cours (1977-2013) à l’Université du Québec à Chicoutimi, à l’Université du Québec à Trois-Rivières ainsi qu’à l’École nationale d’administration publique du Québec, en sciences de l’éducation et en administration scolaire.

    A participé à un stage d’études des systèmes éducatifs en Suisse et en Belgique (1985) et à stage en Angleterre, à Londres et à Telford dans le cadre d’un échange de directeurs d’école entre le Québec et l’Angleterre (1984).

    À titre de professeur coopérant, il a dispensé un cours d’éthique, école et société à des étudiants à la maîtrise en éducation (février 2016) et à des enseignants au certificat en enseignement (novembre 2016) à l’Université d’État d’Haïti à Port-au-Prince.

    A été président de l’Association des directeurs d’établissement scolaire du Saguenay-Lac-Saint-Jean de 1997 à 2000, membre fondateur du Cercle pédagogique de Jonquière (1985) et président fondateur du Mouvement Francité Saguenay-Lac-St-Jean (1990-1995), et a siégé à la sous-commission des études et au Conseil de module d’éducation préscolaire et d’enseignement au primaire ainsi que sur différents comités de travail de l’Université du Québec à Chicoutimi.

    Sympathisant du Parti Québécois depuis sa fondation, il en est membre depuis 2001; il préside l’Association du parti dans la circonscription de Jonquière depuis 2008 et siège comme membre de la Commission politique nationale du parti depuis 2011.

    En plus d’avoir collaboré à la création de plusieurs ateliers de perfectionnement des enseignants avec des personnes-ressources spécialisées dans les différents programmes d’étude du préscolaire et du primaire, il est l’auteur des ouvrages et articles suivants:

    - Un goûter de poésie (Recueil d’activités de lecture et d’écriture de la poésie pour les jeunes de 6 à 12 ans) - Éditions Graficor, Boucherville, 1985);

    - Journal d’un directeur d’école (à compte d’auteur - 1995);

    - Divertissements poétiques sur des poèmes de Maurice Carême (à compte d’auteur - 1996);

    - Un délice de poésie (Recueil d’activités de lecture et d’écriture de la poésie pour les jeunes de 6 à 12 ans) - Éditions Graficor, Boucherville, 1997);

    - Désir (recueil de poèmes) - Éditions Félix, Chicoutimi, 1998);

    - Une grande fête des mots, dans la revue Information (revue de la Fédération québécoise des directeurs d’école), vol. 24, no. 4, 1985;

    - De Suisse et de Belgique: impressions de stage, dans La Revue des Échanges (revue de l’Association francophone internationale des directeurs d’établissements scolaires), vol. 2, no. 3, septembre-octobre 1985;

    - Le Cercle pédagogique de Jonquière. Un moyen pas comme un autre pour parler de pédagogie, en collaboration avec Francine Bouchard, dans Vie pédagogique, Ministère de l’Éducation du Québec, no. 40, janvier 1986:

    - La Fête des mots... pour des rendez-vous particuliers entre l’enfance et la poésie, dans Vie pédagogique, Ministère de l’Éducation du Québec, no. 43, juin 1986;

    - Pour des rendez-vous particuliers entre les enfants et la poésie, dans Exprimer la modernité en français, Biennale de la langue française, Office de la langue française et la Fédération du français universel, 1989;

    - Réflexions éthiques sur les exclus du Saguenay-Lac-Saint-Jean, dans Regards sur la décentralisation gouvernementale au Québec, Groupe de recherche et d’interventions régionales, Université du Québec à Chicoutimi, 1995;

    - Lire, c’est cueillir. Récit d’un marathon de lecture, dans Vie pédagogique, Ministère de l’Éducation du Québec, no. 102, février-mars 1997;

    - Démarche pédagogique pour favoriser l’appropriation de la compétence éthique en éducation, en collaboration avec Renaud Gagnon, dans Consortium d’animation sur la persévérance et la réussite en enseignement supérieur (CAPRES), www.uquebec.ca/capres, novembre 2009;

    - L’éthique dans la formation à l’enseignement: quelques repères et opportunités, en collaboration avec Renaud Gagnon, dans Vie pédagogique, Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport du Québec, février 2010.

    Aimant la lecture, l’écriture et les voyages, il a visité plus de 40 pays du monde.

  • Texte de présentation

    Chères déléguées, Chers délégués,

    C’est véritablement un honneur pour moi de vous soumettre ma candidature au poste de conseiller au conseil exécutif national. Le Parti Québécois est un grand parti qui porte la responsabilité inouïe de faire vivre l’idée de notre indépendance nationale en ce coin de l’Amérique du Nord.

    Le vecteur de ma candidature est cette pressante impulsion de me mettre au service du Québec. Actuellement président de l’exécutif de Laval-des-Rapides depuis janvier, je crois humblement que mes compétences et mon volontarisme pourraient être utiles à l’objectif que nous poursuivons tous avec acharnement.

    Je vous propose ma candidature avec trois priorités en tête : les membres, les technologies et le rapport Osez repenser le PQ. Nous devons rendre le militantisme au sein du Parti plus aisé pour les membres. Le Parti devra intégrer systématiquement les technologies dans son action. Osez le PQ ne doit pas rester lettre morte : les dizaines de recommandations qu’il contient devront être mises en œuvre.

    Afin de vous présenter plus en détail mes priorités, j’ai préparé à votre intention une page Internet que je vous invite cordialement à consulter :

    www.jocelyncaron.quebec

    D’ici au congrès, n’hésitez jamais à me contacter aux coordonnées apparaissant sur cette page Internet : vos idées et commentaires sont les bienvenus.

    Au plaisir d’échanger avec vous avant et pendant le congrès !



    Biographie

    Je suis directeur des opérations du Groupe Investissement Responsable.

    J’ai cumulé de nombreuses années d’expérience de militantisme, notamment dans le secteur communautaire et dans le mouvement étudiant.

    Auteur, j’ai publié un essai intitulé Choisir le progrès national en 2013 et j’en prépare un deuxième.

    Finalement, je suis titulaire d’une maîtrise en administration publique de l’École nationale d’administration (ÉNA) de France, ainsi que d’une maîtrise et un baccalauréat en science politique de l’Université de Montréal.


  • MON PARCOURS

    Détenteur d’une maîtrise en science politique, j’accumule près de 10 ans d’expérience à titre de conseiller stratégique et de directeur de compte dans le domaine des communications. Parallèlement à mes activités professionnelles, je milite au Parti Québécois depuis 2005, y ayant occupé les postes de conseiller jeune, président de deux circonscriptions et président régional de Montréal-Centre.

    TEXTE DE PRÉSENTATION

    Chers membres, Chères membres,

    Il me fait grand plaisir de me présenter à vous en tant que candidat au poste de conseiller sur l’exécutif national de notre parti.

    UN MILITANT DÉVOUÉ

    Je suis un militant qui cumule 12 ans d’expérience au sein de nos instances. J’ai milité comme conseiller jeune, j’ai été président de deux circonscriptions et j’ai également été élu président de la région de Montréal-Centre à trois reprises. Dans chacun de ces mandats, j’ai travaillé pour rassembler des équipes dynamiques et pour communiquer les idées du parti. Je suis fier de mes états de service au Parti Québécois.

    UN PROFESSIONNEL D’EXPÉRIENCE

    Je compte près de 10 ans d’expérience à titre de conseiller stratégique et de directeur de compte dans le domaine des communications. J’ai géré des campagnes de publicité à l’échelle nationale et également à l’échelle du Canada. J’ai conseillé des dirigeants d’entreprise, des chefs syndicaux et j’ai bâti des campagnes gagnantes pour des organisations diverses. Bref, je souhaite faire profiter l’exécutif national de mon expérience comme professionnel des communications et comme gestionnaire en entreprise.

    UNE VISION RASSEMBLEUSE POUR NOS INSTANCES

    Je souhaite également siéger sur l’exécutif national pour contribuer au renouvellement de cette instance. Il est impératif que les différentes composantes de notre formation politique, que ce soit l’aile parlementaire, la permanence, les instances jeunes, les instances régionales ou les circonscriptions travaillent davantage ensemble. C’est la recette que j’ai appliquée dans les différents postes que j’ai occupés et je pense que c’est une formule gagnante et rassembleuse pour notre parti.

    Ce serait un honneur pour moi de porter votre voix dans notre exécutif national. J’ai bien hâte d’aller à votre rencontre lors du Congrès national pour en discuter avec vous.

    UNE VISION RASSEMBLEUSE POUR NOS INSTANCES

    Je souhaite également siéger sur l’exécutif national pour contribuer au renouvellement de cette instance. Il est impératif que les différentes composantes de notre formation politique, que ce soit l’aile parlementaire, la permanence, les instances jeunes, les instances régionales ou les circonscriptions travaillent davantage ensemble. C’est la recette que j’ai appliquée dans les différents postes que j’ai occupés et je pense que c’est une formule gagnante et rassembleuse pour notre parti.

    Ce serait un honneur pour moi de porter votre voix dans notre exécutif national. J’ai bien hâte d’aller à votre rencontre lors du Congrès national pour en discuter avec vous.

  • Présentation

    Le congrès national! Quel beau moment militant pour notre parti ! Celui de 2017 sera mon troisième à titre de militant actif. Pour certains d’entre vous, ce sera le premier alors que pour d’autres, ce sera le 10ième. Peu importe le nombre, il faut surtout faire en sorte que celui-ci en soit un important dans notre cheminement vers l’indépendance. 

    C’est pour cette raison que je sollicite le mandat de conseiller à l’exécutif national.

    Nous devrons au lendemain du congrès nous mettre en marche vers la bataille de l'élection de 2018 et tout mettre en œuvre pour promouvoir notre nouveau programme ainsi que préparer la plate-forme.

     

    Comme membre de l’exécutif national, je voudrais travailler à améliorer la cohésion et la communication entre les instances et l’aile parlementaire afin que les décisions du caucus soient mieux arrimées, et surtout, mieux expliquées et transmises efficacement aux militants des circonscriptions. 

    Je voudrais aussi appuyer clairement tous les groupes d’action politique et plus particulièrement le comité national des jeunes dans leur liberté d’action et dans leurs moyens pour agir plus efficacement sur le terrain. 

    Je travaillerai à mettre en place le plan d’action de notre chef vers la cible de 2020 en accélérant les actions concrètes de l’exécutif et en prônant la transparence de nos actions envers les instances nationales.

     

    Pour ceux avec qui j’ai eu l’occasion de travailler et que j’ai rencontrés tout au long de mes tournées des dernières années, vous savez que mon engagement ne se résume jamais qu’à de simples paroles.  J’ai à cœur la santé de nos organisations et le respect de nos statuts et règlements.  En ce sens, chacun d’entre vous sait qu’avec ma présence à l’exécutif national, c’est un allié militant que vous choisirez autour de la table.




    Biographie

    Je suis présentement chargé de projet pour un entrepreneur général. J’ai complété ma formation en architecture en 2007 au Cégep du Vieux-Montréal et je complète présentement à un certificat en administration de l’UQTR. 

     

    Militantisme local :

    Représentant jeune PQ de Bourget de 2007 à 2009 

    Conseiller PQ de St-Hyacinthe de 2009 à 2010 

    Président PQ de St-Hyacinthe depuis 2010

     

     

    Militantisme national :

     

    Secrétaire-Trésorier du CNJPQ de 2008 à 2011 

    Conseiller du CNJPQ de 2011 à 2012 

    Président du CNJPQ de 2012 à 2014 

    Membre du CEN à titre de délégué de l’aile jeunesse de 2011 à 2014

       

    Membre depuis l’âge de 18 ans, depuis 2002,  je me suis impliqué lors de l’élection de 2003 avec Léandre Dion à St-Hyacinthe à titre de bénévole.  

    Par la suite, mon premier rôle militant remonte à 2007 dans Bourget au sein de l’équipe de Diane Lemieux. Après son départ, j’ai travaillé à l’arrivée de Maka Kotto ainsi qu’à son élection lors de partielle de 2007 ainsi qu’à l’élection générale de 2008. 

    Je me suis impliqué ensuite à l’élection de 2010, 2012 et 2014 dans Saint-Hyacinthe à titre de responsable des structures et de directeur officiel adjoint de campagne.  J'ai été candidat dans la circonscription de Lafontaine à l'élection partielle de 2012. 

    Lors de l’élection de 2014, j’ai aussi eu la chance de faire, à titre de président du CNJPQ, une tournée du Québec que j’ai organisée avec l’aile jeunesse (CNJPQ) et qui m’a permis de parcourir toutes les régions du Québec et de rencontrer des centaines de militants, de bénévoles et des milliers d’électeurs afin de mettre en place le vote dans les institutions scolaires. 

    Toujours à titre de président du CNJPQ, j’ai eu l’occasion de participer comme militant à plusieurs groupes de travail en éducation, d’assister aux présentations de budget et de contribuer à l'amélioration de notre instance.